Soirée du 16 décembre présentée par
Soirée du 18 décembre présentée par

Noël avec Kent Nagano

Maison symphonique de Montréal
Prix des billets
42$* à 108$*
Dates de ce concert
Mardi 16 Décembre 2014 - 20h00 Terminé
Jeudi 18 Décembre 2014 - 20h00 Terminé
Artistes
Kent Nagano, conductorchef d’orchestre
Susan Graham, mezzo-sopranomezzo-soprano
Michael Fabiano, tenorténor
Luc Beauséjour, organorgue

Présentation du concert

Rimski-Korsakov, La nuit de Noël, Suite

Massenet, Werther, « Va ! Laisse couler mes larmes »

Puccini, La Bohème, « Che gelida manina »

Schubert, « Ave Maria » (arr. Simon Leclerc)

Gabrieli, Sacrae Symphoniae pour cuivres, « Canzon septimi toni »

Handel, Concerto pour orgue en fa majeur, HWV 295, « Le Coucou et le Rossignol »

Yon, Gesù bambino

Tchaïkovski, Casse-Noisette (extraits)

Anonyme, Adeste fideles

Adam, Minuit, chrétiens

Anonyme, The Twelve days of Christmas (Les douze jours de Noël) (arr. Simon Leclerc)

 

Cantiques traditionnels, concerto pour orgue, extraits d’opéras et du populaire ballet Casse-Noisette se juxtaposent en un programme du temps des fêtes certain de plaire à tous.

 

Opéra en quatre actes de Nikolaï Rimski-Korsakov (1844-1908) créé au Mariinsky de Saint-Pétersbourg le 28 novembre 1895, La nuit de Noël s’inspire d’une nouvelle de Gogol. On y reconnaît tout de suite la richesse de la palette de Rimski-Korsakov (auteur d’un traité d’orchestration encore en usage aujourd’hui) et son inventivité, tant au niveau du matériau mélodique qu’harmonique. En 1903, il extraira de l’opéra la suite en neuf mouvements entendue ce soir.

 

Le personnage de l’artiste condamné à vivre d’expédients pour survivre inspirerait les compositeurs d’opéra à de nombreuses reprises au fil des ans et l’opposition entre faste et privations n’est jamais plus apparent qu’à Noël, moment où ont lieu les deux extraits d’opéra proposés ce soir. Drame lyrique en quatre actes de Jules Massenet (1842-1912) d’après le classique de Goethe, dans lequel le héros se meurt d’amour pour la douce Charlotte, promise à un autre, Werther a été créé à Vienne en février 1892. D’une irrésistible beauté, « Va ! Laisse couler mes larmes » reste l’une des pages les plus poignantes de l’opéra français. Donné pour la première fois en 1896 à Turin, l’opéra La bohème de Giacomo Puccini (1858-1924) s’inspire quant à lui d’un roman d’Henri Murger. Dans « Che gelida manina » (littéralement « quelle petite main gelée »), un des airs les plus connus du répertoire, le poète Rodolfo établit un premier contact physique avec sa voisine, la tendre Mimi, et lui déclare sa flamme.

 

À la fin du 16e siècle, une vie musicale particulièrement riche se déployait à Venise, notamment à la cathédrale Saint-Marc, édifice byzantin d’une rare beauté, avec ses coupoles, ses mosaïques, ses murs et ses arches recouverts de marbre coloré rare et la lumière si particulière, verte et dorée, qui s’en dégage. Le lieu inspirerait à Giovanni Gabrieli (v. 1554/1557-1612), nombre de canzoni, dérivées de très populaires chansons franco-flamandes du 15e siècle, de style polychoral (deux ou plusieurs groupes d’interprètes jouant ou chantant en même temps, ce qui permettait d’atteindre un effet d’antiphonie). Recueil de 62 pièces pour chœurs et ensembles instrumentaux paru en 1597, les Sacrae symphoniae devaient jouer un rôle-clé dans l’histoire de la musique occidentale. La polyphonie a cappella rigoureuse se mue ici en une nouvelle esthétique baroque et, pour la première fois de l’histoire de la musique instrumentale, le compositeur cherche volontairement à impressionner l’auditeur, par la puissance sonore et de nombreux effets.

 

George Frideric Handel (1685-1759) devait ni plus ni moins inventer le concerto pour orgue, genre qu’il intègrerait à ses oratorios. En jouant la carte de la virtuosité et sur sa réputation d’improvisateur, il pouvait d’une certaine façon regagner la faveur d’un public peut-être légèrement lassé des diverses propositions. Composé au début de 1739 et surnommé « Le coucou et le rossignol » à cause de ses thèmes caractéristiques du deuxième mouvement, le très populaire Concerto en fa majeur a été créé lors de la première d’Israël en Égypte, au King’s Theatre. Le compositeur y est au sommet de son art et l’œuvre témoigne bien de l’évolution de son style au cours des dernières décennies de sa vie.

 

Selon la légende, saint François d’Assise aurait été le premier à jumeler chants de Noël et offices religieux. En ayant l’idée de représenter de façon concrète, grâce à une crèche, la Nativité, il réconcilie adroitement l’Église et les traditions populaires. Au fil des ans, plusieurs mélodies sont devenues des incontournables du temps des Fêtes, dont Adeste fideles (anonyme), The Twelve Days of Christmas (anonyme), Panis Angelicus de César Franck (1822-1890) et L’enfant Jésus de Pietro Yon (1886-1943), dérivé en partie d’Adeste fideles. S’y est aussi greffé l’Ave Maria de Franz Schubert (1797-1828), d’abord sur un texte en allemand reprenant l’un des trois chants d’Ellen de La Dame du lac de Walter Scott, réadapté par la suite en latin.

 

Mis en musique par Adolphe Adam (1803-1856), qui a aussi composé une quarantaine d’opéras comiques, Minuit, chrétiens, associé à la traditionnelle messe de minuit au Québec, devait connaître un succès instantané dès sa création en 1847 par Emily Laurey, épouse du parolier Placide Cappeau, dans la petite église de Roquemaure.

 

Créé en décembre 1892 au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, Casse-Noisette est devenu « le » grand classique du temps des fêtes, avec ses décors somptueux, ses éblouissants numéros de danse de caractère et l’inoubliable musique de Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893). Marius Petipa avait conçu le livret du ballet d’après la version d’Alexandre Dumas d’un conte d’E. T. A. Hoffmann avant de présenter à Tchaïkovski un scénario détaillé, allant jusqu’à préciser le rythme, le tempo et le nombre de mesures requis pour chaque danse. Petipa étant tombé gravement malade, son assistant Leon Ivanov a dû terminer le travail. Comme le sapin enchanté de Clara qui ne cesse de grandir à la fin du premier acte, Casse-Noisette continue de remplir nos vies d’une magie essentielle en cette période de l’année.

 

© Lucie Renaud

Catégories de ce concert
Concerts similaires
Séries de ce concert
* La tarification, les artistes, le répertoire, les dates et les heures des concerts peuvent être modifiés sans préavis.

Les prix indiqués incluent des frais non remboursables de 9 $. Certains frais de manutention peuvent être exigés.