Virée Classique 17-18

15.KENT NAGANO DIRIGE LES GRANDS DE VIENNE

15.KENT NAGANO DIRIGE LES GRANDS DE VIENNE

PARTENAIRE DE SAISON

Maison symphonique de Montréal

Wolfgang Amadeus Mozart et Johann Strauss II font le bonheur des amoureux de la musique classique! La célèbre Valse de l’empereur de Strauss – musique emblématique de Vienne – et le Concerto pour piano no 27 de Mozart seront entendues dans un concert brillamment débuté par l’ouverture des Noces de Figaro.

 

PRIX JEUNESSE 17 ans et moins : 10$ par concert

PRIX DES BILLETS

À partir de 22$ à 45$*

SAMEDI 1 SEPTEMBRE 2018

14h00

Kent Nagano, chef d’orchestre
Paul Lewis, piano
Ensemble de la Virée

 

Mozart, Les noces de Figaro : « Ouverture » (4 min)

Mozart, Concerto pour piano no 27 en si bémol majeur, K. 595 (32 min)

J.Strauss II, La valse de l’empereur, op. 437 (arr. A. Schoenberg) (12 min)

Extrait vidéo de l’Orchestre symphonique de Vienne, dirigé par Fabio Luisi

Notes de programme:

Ce programme propose trois œuvres en autant de genres puisées dans un siècle et demi de musique viennoise, bien qu’il ne fasse qu’effleurer la richesse musicale de l’ancienne capitale impériale… L’opera buffa de Mozart Les noces de Figaro fut créé à Vienne en 1786. À l’époque, l’ouverture d’un opéra ne cherchait habituellement pas à anticiper l’action à venir, mais ici, le prélude orchestral nous prépare parfaitement à l’intrigue : la musique commence par un bruissement murmuré et pressant marqué Presto et pianissimo, avant d’atteindre par un irrépressible crescendo une triomphante culmination.

 

Le Concerto pour piano nº 27 de Mozart est son dernier du genre. Composé en 1791, onze mois avant la mort du maître, il revêt un caractère plus intimiste que beaucoup de ses concertos antérieurs. L’orchestre ne comprend ni trompettes ni timbales et la partie de piano déploie noblesse et lyrisme plutôt que séduction et virtuosité. Comme à l’accoutumée, l’orchestre expose le premier Allegro, élégant, assuré et teinté d’un peu de tristesse, puis le soliste reprend le matériau en l’ornementant dans la même sincérité expressive. Le Larghetto qui suit déroule au piano une ligne simple et touchante; conçu en trois sections, c’est un mouvement d’une sérénité rêveuse, un peu mélancolique, mais sans tristesse. Le dernier Allegro, un joyeux et dansant rondeau, termine l’œuvre dans le ravissement.

 

L’immense popularité des danses orchestrales de Johann Strauss fils lui a valu le surnom de Roi de la valse. Constitué d’une séquence de quatre valses et d’abord intitulée Main dans la main, la Valse de l’Empereur a été composée en 1889 à l’occasion de la rencontre à Berlin des empereurs d’Autriche et d’Allemagne; c’est son éditeur qui lui donna son nom définitif, laissant à chacun de soin de choisir son monarque… En 1925, un autre maître viennois, Arnold Schoenberg, en fit une version de chambre, alors qu’il présentait en tournée son mélodrame Pierrot lunaire. Pour des raisons pratiques, l’arrangement requiert à peu près les mêmes instruments que ceux du Pierrot, le quatuor des cordes, un piano, une flûte et une clarinette, ce qui donne à cette valse typiquement viennoise une nouvelle sonorité, légère et transparente.

 

© Ariadne Lih, 2018

©Traduction de François Filiatrault, 2018

Kent Nagano

Kent Nagano jouit d’une solide réputation internationale, étant l’un des interprètes les plus inspirés et avant-gardistes des répertoires symphonique et opératique. Il est directeur musical de l’OSM depuis 2006. Maestro Nagano a été directeur musical général du Bayerische Staatsoper à Munich de 2006 à 2013, puis il est devenu chef invité principal et conseiller artistique de l’Orchestre symphonique de Göteborg en 2013. Depuis 2015, il est directeur musical général et chef principal de l’Opéra d’État et de l’Orchestre philharmonique de Hambourg. Né en Californie, il a entamé sa carrière à Boston : il a travaillé à l’Opéra et fut l’assistant du chef d’orchestre Seiji Ozawa au Boston Symphony Orchestra. Il a été directeur musical de l’Opéra national de Lyon de 1988 à 1998, directeur musical du Hallé Orchestra de 1991 à 2000, premier chef invité associé du London Symphony Orchestra de 1990 à 1998 et directeur artistique et premier chef du Deutsches Symphonie-Orchester Berlin de 2000 à 2006, dont il demeure chef d’orchestre honoraire. De 2003 à 2006, Kent Nagano fut le premier directeur musical du Los Angeles Opera. En tant que chef invité, maestro Nagano a dirigé les orchestres philharmoniques de Berlin, New York et Vienne, le Chicago Symphony, le Dresden Staatskapelle et le Leipzig Gewandhaus, de même que des maisons d’opéra prestigieuses tels l’Opéra national de Paris, l’Opéra allemand de Berlin, le Metropolitan Opera et le Semperoper Dresden. Il a notamment remporté deux Grammy : pour son enregistrement de L’amour de loin de Kaija Saariaho avec le Deutsches Symphonie-Orchester et pour Doktor Faust de Busoni, enregistré avec l’Opéra national de Lyon. Maestro Nagano a été nommé Commandeur de l’Ordre de Montréal, Grand officier de l’Ordre national du Québec et Compagnon des arts et des lettres du Québec, en plus d’avoir été décoré de la médaille du service méritoire du gouverneur général du Canada.

Enregistrements récents avec l’OSM : A Quiet Place (Decca, 2018); Danse macabre (Decca, 2016); L’Aiglon (Decca, 2015); Saint-Saëns, Moussa, Saariaho : Symphonie et créations pour orgue et orchestre (Analekta, 2015); Intégrale des Concertos pour violon de Saint-Saëns (Analekta, 2015).

Tournées récentes avec l’OSM : Cracovie et Salzbourg (2018); États-Unis (mars 2016); Chine et Japon (octobre 2014); Europe (mars 2014); et Amérique du Sud (avril-mai 2013).

Paul Lewis

Paul Lewis est internationalement reconnu comme l’un des plus importants pianistes de sa génération. Les intégrales de Beethoven et de Schubert qu’il a données au cours des dernières saisons ont été acclamées dans le monde entier, par la presse comme par le public.  Elles ont consolidé sa réputation d’interprète majeur du répertoire germanique. Parmi les récompenses reçues, on peut citer le prix du Soliste instrumental de la Royal Philharmonic Society, deux Edison Awards, un Diapason d’or de l’année, trois Gramophone Award, le prix de la Deutschen Schallplatten Kritik, le Premio Internazionale Academia Musicale Chigiana et le South Bank Show Classical Music Award. En 2009, il a été nommé docteur honoraire de l’Université de Southampton. Il est également directeur artistique associé du Concours international de piano de Leeds. Paul Lewis a étudié avec Joan Havill à la Guildhall School of Music avant de poursuivre avec l’enseignement privé d’Alfred Brendel.

VOUS AIMEREZ AUSSI