ÉRIC CHAMPAGNE

ÉRIC CHAMPAGNE

PARTENAIRE DE SAISON

champagne

Né en

1980

Œuvre au programme

N’importe où hors du monde

Concert

Interprété lors des épreuves de demi-finales, catégorie Cordes, du Concours OSM Manuvie, semaine du 22 au 26 novembre 2016

Éric Champagne est l’un des compositeurs les plus en vue de la jeune génération. Abordant la musique par la pratique de la clarinette et de la clarinette basse, ses études le mènent du cégep Saint-Laurent à l’Université de Montréal, d’où il obtient d’abord un baccalauréat, puis une maîtrise en composition (2006) sous la direction de François-Hugues Leclair. Au cours de ces années, il est aussi l’élève des compositeurs Michel Longtin, Robert Normandeau et Denis Gougeon.

Maintes distinctions jalonnent d’ores et déjà le parcours de Champagne. Récipiendaire d’un prix Opus « Découverte de l’année » (2013), il a été compositeur en résidence pour lOrchestre métropolitain (2012-2014) et occupera le même poste à la Chapelle historique du Bon-Pasteur dès l’automne 2016. Sa musique s’est tôt distinguée à l’occasion de divers concours, en plus de faire l’objet de commandes et d’être exécutée tant en Amérique du Nord qu’en Europe et en Inde.

Le catalogue d’Éric Champagne compte plusieurs titres d’envergure. En plus d’un opéra composé au cours de sa maîtrise (Mademoiselle Julie, d’après Strindberg), il a pris part à la composition de Bungalopolis, une œuvre collective, lyrique et humoristique inspirée des bandes dessinées de Jean-Paul Eid, et, en 2015, sa Symphonie n° 1 lui a valu le Prix de la création de l’année – Montréal décerné par le CALQ. Enclin tant à l’écriture instrumentale – et particulièrement à celle des vents, rappelant sa formation de clarinettiste – qu’à l’écriture vocale, Éric Champagne peint des œuvres dont les chatoiements rappellent ceux des orchestres debussyste et ravelien, et où les voix rappellent souvent à nos mémoires les textes des grands poètes québécois.

N’importe où hors du monde a été commandée à Éric Champagne par l’Orchestre symphonique de Montréal en vue de l’épreuve demi-finale, catégorie Cordes, de l’édition 2016 de son concours annuel.

Notes de Champagne au sujet de N’importe où hors du monde (2016):

Caprice en hommage à Marc Chagall
Pour instrument à cordes seul
(5 versions – violon, alto, violoncelle et deux versions pour contrebasse)

Ce caprice s’inspire de la peinture N’importe où hors du monde de Marc Chagall (dont le titre est une citation d’un vers de Charles Baudelaire), œuvre fascinante et envoûtante. La pièce reprend une structure simple propre à la musique juive et tzigane, à savoir une introduction lente au caractère rhapsodique et une finale rapide, mordante et virtuose. Cette structure est calquée sur la composition de l’œuvre picturale : la première partie s’inspire du demi-visage bleu et du corps au costume fragmenté, tandis que la seconde section réfère au demi-visage rouge vif et au paysage surréel qui compose l’arrière-plan de la peinture.

Cette œuvre est une commande de l’Orchestre symphonique de Montréal pour l’édition 2016 du Concours OSM Manuvie.

Apprenez-en davantage sur la composition de N’importe où hors du monde en lisant cette brève entrevue.

Brève entrevue avec Éric Champagne au sujet de la composition de N’importe où hors du monde

« Comme votre pièce sera imposée dans un concours, abordez-vous la composition différemment? Si oui, que faites-vous différemment? »

Éric Champagne : Il est certain que composer une pièce imposée pour un concours nécessite de répondre à certains paramètres spécifiques : niveau de virtuosité, écriture idiomatique pour l’instrument, etc. Il est donc évident que je ne peux pas faire tout ce que je veux, je dois orienter mon inspiration dans une direction précise. Il ne s’agit pas d’une carte blanche! Néanmoins, le travail de composition demeure le même : que ce soit dans le développement d’une idée musicale ou la construction d’une structure d’ensemble, l’œuvre se crée avec les mêmes techniques et les mêmes processus que mes œuvres précédentes.

« Quelles contraintes viennent avec la commande d’une œuvre? Comment arrivez-vous à concilier ces contraintes et vos habitudes de création? »

Éric Champagne : En réalité, les contraintes sont pratiquement à la base de ma musique. Chaque œuvre que j’ai composée avait au moins un élément « contraignant », que ce soit un thème suggéré, une instrumentation imposée, des détails techniques à considérer… Ceci dit, je crois que ces contraintes sont en réalité des balises extraordinaires qui canalisent l’inspiration et permettent de créer avec une force dirigée, contrôlée, sublimée. Dans le cas présent, N’importe où hors du monde m’oblige à concilier une écriture virtuose à un discours poétique et onirique. C’est un exercice exigeant mais extrêmement stimulant pour un compositeur.

Propos recueillis par Paul Bazin

Vidéos

Regardez Éric Champagne présenter sa pièce Vers les astres, à l’occasion de la finale 2011-2012 du Prix collégien de musique contemporaine.

Enregistrements

Tu es musique – Ensemble Kô, Productions le Lab., 2015. (LLCD 011)