Virée classique - samedi - Salle Claude-Léveillé

19. Carte blanche à la contrebasse

19. Carte blanche à la contrebasse

Salle Claude-Léveillée

Contrebassiste solo de l’OSM, Ali Kian Yazdanfar poursuit également une belle carrière de chambriste, de récitaliste et pédagogue. Pour vous dévoiler l’incroyable potentiel de la contrebasse, il vous conduira du romantisme de Schumann au Paris jazzy de Desenclos, en passant par le swing de Gould et les mélodies d’inspiration persane de Ranjbaran. Prenez part à cette étonnante escapade musicale.

Ali Kian Yazdanfar, contrebasse
Todd Cope, clarinette
Sanaz Sotudeh, piano

 

Schumann, Adagio et allegro, op. 70 (arr. pour contrebasse et piano)


Behzad Ranjbaran, Ballade, pour contrebasse seule
Morton Gould, Benny’s Gig, pour clarinette et contrebasse
Alfred Desenclos, Aria et Rondo, pour contrebasse et piano

“Yazdanfar a tout joué avec justesse et un vibrato constant, tandis que Nagano et l’OSM ont admirablement soutenu leur collègue »

– Arthur Kaptainis, Classica Voice of America

PRIX DES BILLETS

10$*

SAMEDI 10 AOÛT 2019

15h15

Redirection vers la Place des Arts

NOTE DE PROGRAMME

Durant l’année 1849, qu’il considérait comme sa plus féconde, Robert Schumann composa plusieurs petites musiques de chambre pour divers instruments mélodiques et piano. Leur distribution n’était pas fixe cependant, comme en fait foi l’Adagio et Allegro pour cor et piano, où le cuivre peut être remplacé par un instrument à cordes, ici la contrebasse. Schumann y démontre sa maîtrise à la fois du lied et de la pièce de caractère pour piano; l’Adagio déroule son chant sur le large ambitus de l’instrument, demandant chaleur et lyrisme, tandis que l’Allegro de forme sonate exige souplesse et détermination.

Le compositeur iranien Behzad Ranjbaran a été qualifié de « réaliste enchanté de la musique » par le Philadelphia Enquirer, et sa Ballade pour contrebasse seule est le fruit d’une commande en 1999 de la Société internationale des contrebassistes. Quant à Benny’s Gig, Morton Gould l’a composé pour le clarinettiste et chef de l’ère du swing Benny Goodman – qui a commandé des œuvres à plus d’une douzaine de compositeurs « classiques ». Cette suite de duos pour clarinette et contrebasse, jazzée, virtuose et ludique, a été créée en 1962 en vue de la tournée de Goodman en URSS. Gould lui a ajouté un huitième duo en 1979, à l’occasion des 70 ans du clarinettiste. Enfin, Aria et Rondo d’Alfred Desenclos, daté de 1952, réunit la contrebasse et le piano dans un duo expressif de tradition néoclassique.

© Ariadne Lih
Traduction de François Filiatrault

POUR EN SAVOIR PLUS

Todd Cope

Ali Kian Yazdanfar

TÉLÉCHARGER LA BROCHURE

VOUS AIMEREZ AUSSI