Virée classique - samedi - cinquième salle

16. Souvenir de Florence de Tchaïkovski

16. Souvenir de Florence de Tchaïkovski

Cinquième salle

Célèbre pour ses grandes œuvres orchestrales et ses opéras, Tchaïkovski a écrit quelques pages de musique de chambre contenant de véritables bijoux tel Souvenir de Florence. Découvrez ce fougueux sextuor baigné de soleil italien. Il est interprété ici par des solistes d’exception réunis autour de Vadim Repin.

Ce concert est diffusé en direct sur la plateforme numérique ICI Musique Classique, et sera diffusé sur les ondes d’ICI Musique, la radio musicale de Radio-Canada, à une date ultérieure.

Vadim Repin, violon
Baiba Skride, violon
Victor Fournelle-Blain, alto
Natalie Racine, alto
Andrei Ioniță, violoncelle
Anna Burden, violoncelle

 

Prokofiev, Sonate pour deux violons en do majeur, op. 56

Tchaïkovski, Souvenir de Florence, op. 70

PRIX DES BILLETS

27$*

pastille_17_fr

SAMEDI 10 AOÛT 2019

14h45

NOTE DE PROGRAMME

« J’ai entrepris le sextuor il y a trois jours », écrivait Tchaïkovski à son frère en 1890, « il lui faudra six parties à la fois indépendantes et homogènes. C’est affreusement difficile. » Mais le compositeur a persévéré et, deux ans plus tard, il terminait Souvenir de Florence, remarquable pour ses riches textures, ses mélodies expressives et ses parties d’accompagnement dynamiques. Tchaïkovski a toute sa vie été attiré par l’Italie, et il a esquissé à Florence le thème chaleureux de l’Adagio cantabile. Au-delà de savoir si son style relève de l’Italie ou demeure inéluctablement russe, l’œuvre reste du pur Tchaïkovski, avec son content de nostalgie, ses rythmes accusés et ses thèmes inoubliables.

L’Allegro initial oppose une entrée en matière impétueuse à un second thème plein de douceur, augmentant graduellement la tension jusqu’à la coda, extrêmement rapide et virtuose. Après un bref début au motif descendant, l’Adagio cantabile fait accompagner par des pizzicatos évoquant la guitare les ravissantes mélodies du premier violon, bientôt rejoint par les violoncelles; après un épisode central qui fait contraste par son sentiment d’urgence, le dialogue continue, mené par les violoncelles. L’Allegro qui suit dégage un parfum de musique populaire slave, mais avec un intermezzo central aérien et dansant. Tchaïkovski était très satisfait de son finale : « Quelle fugue magistrale à la fin! Un vrai bonheur! » Ce tour de force contrapuntique se clôt sur une coda pleine d’emportement.

 

© Ariadne Lih
Traduction de François Filiatrault

POUR EN SAVOIR PLUS

Anna Burden

Andrei Ionita

Baiba Skride

Vadim Repin

Victor Fournelle-Blain

TÉLÉCHARGER LA BROCHURE

VOUS AIMEREZ AUSSI