Simone Lamsma, la musique comme art de vivre


 

Acclamée comme l’une des personnalités musicales les plus fascinantes, la violoniste néerlandaise Simone Lamsma se joindra à l’OSM les 16, 17 et 20 janvier prochains pour interpréter le Concerto no1 de Szymanowski. L’artiste retrouvera l’Orchestre avec lequel elle a joué en 2022, et qu’elle a accompagné en tournée avec Kent Nagano en 2019.

 

Une vocation précoce

Dès l’âge de deux ans, Simone Lamsma manifeste le désir de jouer du violon. Ses débuts, à 5 ans, ont été suivis par son départ pour le Royaume-Uni, où elle a étudié à la réputée Yehudi Menuhin School; elle était alors âgée de 11 ans. Bien que la séparation familiale ait présenté de nombreux défis, la détermination et la passion de Simone pour la musique ont prévalu. La jeune violoniste a ainsi réussi à concilier sa formation musicale avec ses études, une concordance presque impossible dans son pays natal.

 

« Outre l’aspect musical, j’ai constaté qu’étudier dans un pays étranger m’a fait grandir personnellement, et par conséquent, en tant que musicienne. C’est, je pense, l’expérience la plus précieuse que j’ai retirée de mon séjour à Londres. » — Simone Lamsma

 

Simone a fait ses débuts sur scène à 14 ans en interprétant le Concert no 1 de Paganini avec le Noord Nederlands Orkest. Diplômée de la Royal Academy of Music de Londres à 19 ans, elle s’est distinguée dans d’importants concours internationaux en remportant plusieurs premiers prix. En 2010, en reconnaissance de son talent et de sa contribution au rayonnement international des artistes néerlandais, elle a reçu le Dutch VSVD Classical Music Prize dans la catégorie « Nouvelle génération de musiciens » décerné par l’Association of Dutch Theatres and Concert Halls.

 

Des critiques élogieuses saluent tant ses prestations que ses enregistrements, soulignant sa maîtrise technique irréprochable, sa justesse d’intonation saisissante, sa sonorité chaleureuse et rayonnante ainsi que sa ferveur, sa vitalité et sa profondeur étonnantes.

 

Si le violon est véritablement son instrument, l’artiste se considère avant tout comme une musicienne, le rôle de violoniste arrivant en seconde position.

 

 

Soliste, un choix de vie

Très jeune, Simone s’est passionnée pour la musique, son unique passe-temps. Le choix d’embrasser la carrière de soliste s’est imposé à elle dès l’enfance. Bien que ce métier exige certains sacrifices, ils sont transcendés par le bonheur que la violoniste ressent dans l’exercice de cette profession difficile, mais profondément gratifiante. La musique enrichit nos vies, affirme Simone; c’est un mode de vie qui l’accompagne quotidiennement, même en dehors de la scène.

 

« C’est ce que je veux faire dans la vie! La musique est ma façon de vivre! » — Simone Lamsma

 

Forte d’un répertoire qui s’étend de l’époque baroque au XXIe siècle, la violoniste éprouve une profonde reconnaissance envers ses professeurs qui l’ont encouragée à étudier des œuvres très diversifiées, car, dit-elle, une fois la carrière amorcée, le temps manque souvent pour étudier de nouvelles pièces.

 

 

Fidèle à Bach, qu’elle joue régulièrement en reconnaissant que plus on interprète sa musique, plus elle nous fait grandir, Simone possède plus de 60 concertos à son actif. Parmi eux, les incontournables de Beethoven, Mendelssohn, Tchaïkovski, Bruch et Sibelius, entre autres, mais aussi des œuvres moins connues qu’elle défend ardemment afin de leur accorder une place méritée dans les programmes de concerts. Elle aime s’aventurer hors des sentiers battus en interprétant des concertos de Spohr, Goubaïdoulina, Britten, Walton, Rautavaara ou Wantenaar.

 

 

 

Les passe-temps de Simone Lamsma

Lorsque’ elle ne joue pas, Simone Lamsma écoute Louis Armstrong, Ella Fitzgerald, les Beatles, Michael Jackson, et surtout, la musique classique. Ses moments préférés incluent passer du temps au bord de la mer, savourer un bon repas ou être amoureuse. Si elle n’avait pas été musicienne — une perspective qu’elle n’ose envisager —, elle aurait exercé la profession d’avocate ou d’architecte.

 

Venez rencontrer cette artiste, considérée comme l’une des meilleures violonistes au monde lors du concert Rafael Payare dirige la Symphonie no 7 de Mahler, un événement qui soulignera le 90e anniversaire de l’OSM!