Virée Classique 17-18

5.ALEXEI VOLODIN ET LES MUSICIENS DE L’OSM

5.ALEXEI VOLODIN ET LES MUSICIENS DE L’OSM

PARTENAIRE DE SAISON

Cinquième Salle

Le pianiste russe Alexei Volodin se joint à un ensemble de musiciens de l’OSM pour interpréter le Quintette pour piano et cordes de Dvořák. Cette œuvre, inspirée d’un vieux manuscrit de jeunesse, évoque des styles de danses de Bohème et d’Ukraine à travers la mélancolie, l’humour et la ferveur.

 

PRIX JEUNESSE 17 ans et moins : 10$ par concert

Capté et diffusé par :

PRIX DES BILLETS

À partir de 27$*

VENDREDI 31 AOÛT 2018

20h30

Andrew Wan, violon
Alexander Read, violon
Neal Gripp, alto
Brian Manker, violoncelle
Alexei Volodin, piano

 

Nikolaï Medtner, Skazki [Conte de fée], op. 51, no 3 (3 min)

Nikolaï Medtner, Skazki [Conte de fée], op. 35, no 4 (4 min)

Dvořák, Quintette pour piano et cordes en la majeur, B. 155 (33 min)

Notes de programme:

Ce programme présente trois œuvres pleines d’invention et de sentiment romantique signées par deux compositeurs fort différents. Le pianiste russe Nikolaï Medtner n’adhérait pas aux tendances nouvelles et demeurait fidèle aux idéaux romantiques. Entre 1905 et 1929, il écrivit trois douzaines de Skazki, nom qu’on traduit parfois par Contes de fées bien qu’il n’y ait pas de fées dans le folklore russe. Tandis que Marc-André Hamelin y voit « une source de pur bonheur pour l’interprète », Robert Rimm les décrit comme « un genre entièrement nouveau qui mêle les inspirations littéraires et folkloriques, en ménageant à parts égales le théâtre et la fantaisie noire ». Alexei Volodin joue deux de ces contes miniatures : le charmant et ingénieux Opus 51 nº 3 et le dramatique et turbulent Opus 35 nº 4.

 

Antonín Dvořák, pour sa part, a travaillé en pleine période romantique et son Quintette pour piano et cordes nº 2 en la majeur fut créé à Prague en 1888. Compositeur tchèque le plus célèbre de son temps, Dvořák devait sa réputation à ses inextinguibles dons mélodiques, comme en font foi les premières mesures du Quintette, qui déroulent au violoncelle un thème à la fois triste et charmant. Le deuxième thème de l’Allegro ma non tanto initial est confié à l’alto, un instrument qu’a joué Dvořák pendant une dizaine d’années et auquel il donne de nombreuses occasions de se mettre en valeur. L’Andante con moto qui suit montre bien le contraste des humeurs cher au maître; sous-titré Dumka, chant mélancolique d’origine ukrainienne et très répandu en Pologne et en Russie, il se coule dans la forme du rondo pour mieux rompre une atmosphère de profonde affliction par des passages plus entraînants. Le troisième mouvement, un Scherzo, revêt le caractère, sinon le profil rythmique, du furiant, danse de Bohême non pas « furieuse », mais plutôt débridée, hardie et pleine d’entrain, et offre un beau contraste avec un trio tout apaisé. L’énergique et espiègle Allegro final ménage dans son développement un court mais remarquable passage fugué, avant qu’une coda spectaculaire ne conclue l’œuvre.

 

© Ariadne Lih, 2018

© Traduction de François Filiatrault, 2018

Andrew Wan

Andrew Wan a été nommé violon solo de l’Orchestre symphonique de Montréal en 2008. À titre de soliste, il a joué à travers le monde sous la direction de chefs d’orchestre réputés et s’est produit en concert avec plusieurs grands artistes. Ses enregistrements ont été en nomination aux Grammy Awards et couronnés de prix Juno. À l’automne 2015, son album des trois concertos pour violon de Saint-Saëns, enregistré en concert avec l’OSM et Kent Nagano, a été acclamé par la critique et lui a valu un prix Opus, en plus d’avoir été en nomination à l’ADISQ. M. Wan a reçu trois diplômes de la Juilliard School et est actuellement professeur adjoint en violon à l’École de musique Schulich de l’Université McGill, directeur artistique des Solistes de l’OSM, directeur artistique du Prince Edward County Chamber Music Festival et partenaire artistique à l’Orchestre symphonique d’Edmonton.

Alexander Read

Le violoniste canadien Alexander Read a connu une ascension rapide sur la scène musicale internationale. En 2013, il a été nommé second violon solo à l’OSM. On a pu l’entendre sur les ondes de Radio-Canada et il s’est produit en concert à travers l’Amérique du Nord et du Sud, en Europe, en Asie et en Australie. Comme chambriste, il a donné des prestations au Festival international de musique de chambre d’Ottawa, aux Concerts aux îles du Bic, au Domaine Forget, au Festival de Verbier, au Norfolk Chamber Music Festival et au Festival de musique de chambre de Montréal. Son intérêt pour la musique ancienne l’a amené à collaborer avec de nombreux spécialistes, dont des membres du London Haydn Quartet. M. Read enseigne à l’École de musique Schulich de l’Université McGill.

Neal Gripp

Alto solo de l’OSM, Neal Gripp s’est notamment produit en récital au Wigmore Hall à Londres ainsi qu’au Town Hall et au Alice Tully Hall à New York. Il a aussi été soliste lors de concerts de l’OSM et des orchestres symphoniques d’Ottawa et de Winnipeg. Très actif dans le domaine de la musique de chambre, il a été directeur artistique du Festival de musique de chambre du Centre canadien d’architecture et pour des prestations au Getty Center de Los Angeles. Neal Gripp a composé des œuvres pour orchestre et quatuor à cordes. Sa Passacaglia a été interprétée et enregistrée par l’Orchestre national des jeunes du Canada, dirigé par Emmanuel Villaume. En 2012, il a reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine Élisabeth II.

Brian Manker

Violoncelliste solo à l’Orchestre symphonique de Montréal depuis 1999, Brian Manker poursuit une carrière musicale diversifiée en tant qu’interprète et professeur. En plus d’être fréquemment concertiste avec l’OSM. M. Manker est membre du Nouveau Quatuor à cordes Orford, qui a été couronné de prix Juno et Opus. Professeur à l’École de musique Schulich de l’Université McGill, M. Manker a également lancé le Projet Beethoven, au sein du Quatuor Adorno qu’il a fondé en 2007, et dont l’objectif est d’interpréter tous les quatuors de Beethoven dans leur contexte original : un salon privé. En 2010, il a enregistré les Suites pour violoncelle seul de J. S. Bach. Brian Manker joue sur un violoncelle fabriqué par Pietro Guarneri de Venise v. 1728-1730 avec un archet fabriqué par Joseph René Lafleur v. 1850, prêtés gracieusement par la fondation Canimex.

Alexei Volodin

Encensé pour la grande sensibilité de son jeu et son éclatante technique, Alexei Volodin est un musicien très recherché par les orchestres les plus prestigieux au monde. Au cours de la saison 2018-2019, Volodin sera de retour avec l’OSM, le China NCPA Orchestra, l’orchestre de la BBC ainsi que l’Orchestre symphonique de Bournemouth. Chambriste actif, il collabore depuis longtemps avec le Quatuor Borodine, avec lequel il se produit régulièrement. Le dernier album de Volodin, avec la maison de disque Mariinsky, comprend le Concerto pour piano no 4 de Prokofiev, dirigé par Gergiev. Né en 1977 à Leningrad, Alexei Volodin a étudié à Moscou, d’abord à l’Académie Gnessine, puis au Conservatoire avec Eliso Virsaladze. En 2001, il poursuivait ses études à l’Académie internationale de piano du Lac de Côme et, après sa victoire au Concours international Géza Anda à Zurich en 2003, il obtint une reconnaissance internationale. Alexei Volodin est un artiste exclusif Steinway.

VOUS AIMEREZ AUSSI