Virée Classique 17-18

12.INFINIMENT BACH

12.INFINIMENT BACH

PARTENAIRE DE SAISON

Maison symphonique de Montréal

Kent Nagano vous convie à un concert mettant à l’honneur possiblement le plus important compositeur de l’histoire de la musique classique : Johann Sebastian Bach. Vous y retrouverez entre autres le 4e Concerto brandebourgeois qui démontre avec quel génie le compositeur maniait le contrepoint et la fugue.

 

PRIX JEUNESSE 17 ans et moins : 10$ par concert

PRIX DES BILLETS

À partir de 22$ à 45$*

SAMEDI 1 SEPTEMBRE 2018

12h15

Redirection vers la Place des Arts

Orchestre de chambre de musiciens de l’OSM
Kent Nagano, chef d’orchestre
Mayumi Seiler, violon
Vincent Lauzer, flûte à bec
Caroline Tremblay, flûte à bec
Luc Beauséjour, clavecin
Geneviève Soly, clavecin
Mark Edwards, clavecin

 

J.S. Bach, Concerto pour trois clavecins en ré mineur, BWV 1063

J.S. Bach, Partita pour violon n°2 en ré mineur, BWV 1004 (extraits)

J.S. Bach, Concerto brandebourgeois no 4, en sol majeur, BWV 1049 (17 min)

Extrait vidéo de l’Orchestre Mozart, dirigé par Claudio Abbado

Notes de programme:

Bach a composé la majorité de sa musique instrumentale pour la Cour de Coethen, de laquelle il était maître de chapelle entre 1717 et 1723, puis pour le Collegium musicum dont il assurait la direction à Leipzig de 1729 à 1739. Le Concerto pour trois clavecins en ré mineur appartient à la seconde période; Bach, en pratique, a inventé le concerto pour clavier, dans lequel il montre sa maîtrise du genre concertant mis au point par les Italiens. Le premier mouvement emploie la forme à ritournelle, qui fait alterner le thème à l’orchestre et les élaborations solistes, mais brouille graduellement les frontières en superposant les figurations virtuoses des solistes aux ritournelles d’orchestre. Le deuxième mouvement déroule une sicilienne de coupe binaire, avec des reprises variées, avant que le dernier Allegro ne conclue le tout par une magistrale fugue concertante.

 

Les six Sonates et Partitas pour violon seul de Bach comptent parmi les œuvres les plus accomplies écrites pour l’instrument. La 2e Partita, en mineur, obéit à la succession, habituelle à l’époque, des quatre danses aux rythmes contrastés que sont l’allemande, la courante, la sarabande et la gigue – chez Bach et ses contemporains, la partita est une suite de danses –, auxquelles elle ajoute une monumentale Chaconne. La Gigue, bâtie sur le modèle italien, déroule sans fin ses insouciantes guirlandes de doubles croches, mais dans une architecture et un cheminement harmonique absolument rigoureux.

 

Comme les œuvres pour violon seul, les six Concertos brandebourgeois datent des années de Coethen. Dans le Quatrième, un violon et deux flûtes à bec font figure de solistes, accompagnés par les cordes et la basse continue, et Bach joue de la forme pour susciter une délicieuse variété de couleurs instrumentales. Le violon se voit confier un rôle extrêmement virtuose, alors que les flûtes à bec jouent ensemble, comme dans le premier Allegro, ou s’imitent l’une l’autre. Dans l’Andante, en mode mineur, c’est le violon qui accompagne les passages confiés aux flûtes, avant que l’alto ne donne le coup d’envoi du Presto final, une vive fugue concertante qui, comme toujours chez Bach, semble couler de source…

© Ariadne Lih, 2018

©Traduction de François Filiatrault, 2018

Kent Nagano

Kent Nagano jouit d’une solide réputation internationale, étant l’un des interprètes les plus inspirés et avant-gardistes des répertoires symphonique et opératique. Il est directeur musical de l’OSM depuis 2006. Maestro Nagano a été directeur musical général du Bayerische Staatsoper à Munich de 2006 à 2013, puis il est devenu chef invité principal et conseiller artistique de l’Orchestre symphonique de Göteborg en 2013. Depuis 2015, il est directeur musical général et chef principal de l’Opéra d’État et de l’Orchestre philharmonique de Hambourg. Né en Californie, il a entamé sa carrière à Boston : il a travaillé à l’Opéra et fut l’assistant du chef d’orchestre Seiji Ozawa au Boston Symphony Orchestra. Il a été directeur musical de l’Opéra national de Lyon de 1988 à 1998, directeur musical du Hallé Orchestra de 1991 à 2000, premier chef invité associé du London Symphony Orchestra de 1990 à 1998 et directeur artistique et premier chef du Deutsches Symphonie-Orchester Berlin de 2000 à 2006, dont il demeure chef d’orchestre honoraire. De 2003 à 2006, Kent Nagano fut le premier directeur musical du Los Angeles Opera. En tant que chef invité, maestro Nagano a dirigé les orchestres philharmoniques de Berlin, New York et Vienne, le Chicago Symphony, le Dresden Staatskapelle et le Leipzig Gewandhaus, de même que des maisons d’opéra prestigieuses tels l’Opéra national de Paris, l’Opéra allemand de Berlin, le Metropolitan Opera et le Semperoper Dresden. Il a notamment remporté deux Grammy : pour son enregistrement de L’amour de loin de Kaija Saariaho avec le Deutsches Symphonie-Orchester et pour Doktor Faust de Busoni, enregistré avec l’Opéra national de Lyon. Maestro Nagano a été nommé Commandeur de l’Ordre de Montréal, Grand officier de l’Ordre national du Québec et Compagnon des arts et des lettres du Québec, en plus d’avoir été décoré de la médaille du service méritoire du gouverneur général du Canada. 

Enregistrements récents avec l’OSM : A Quiet Place (Decca, 2018); Danse macabre (Decca, 2016); L’Aiglon (Decca, 2015); Saint-Saëns, Moussa, Saariaho : Symphonie et créations pour orgue et orchestre (Analekta, 2015); Intégrale des Concertos pour violon de Saint-Saëns (Analekta, 2015). 

Tournées récentes avec l’OSM : Cracovie et Salzbourg (2018); États-Unis (mars 2016); Chine et Japon (octobre 2014); Europe (mars 2014); et Amérique du Sud (avril-mai 2013).

Mayumi Seiler

Mayumi Seiler est d’origine nippo-allemande et a été élevée à Salzbourg. Elle a commencé le violon à l’âge de trois ans, a étudié à l’école Mozarteum avec le légendaire Sandor Végh et a forgé sa carrière à Londres. Parmi ses enregistrements, on compte plusieurs albums solos comprenant les concertos de Beethoven, Mendelssohn et Haydn (EMI), en plus d’un disque de sonates (JVC Victor) et des albums de musique de chambre sous étiquettes Hyperion et Capriccio. L’invitation faite par plusieurs grands orchestres à jouer à titre de soliste l’ont menée à se produire aux Musikverein, Carnegie Hall, Barbican Centre, Concertgebouw et Roy Thomson Hall. Mme Seiler est une enseignante passionnée et dévouée. Elle a occupé le poste de professeure à l’Université Mozarteum de Salzbourg et a donné plusieurs classes de maîtres en Europe, aux Amériques et en Asie. Elle enseigne actuellement à l’École Glenn Gould à Toronto, où elle réside.

Vincent Lauzer

Nommé Révélation Radio-Canada 2013-2014 et Découverte de l’année au gala des prix Opus 2012, Vincent Lauzer est diplômé de l’Université McGill où il a étudié avec Matthias Maute. Lauréat de nombreux premiers prix lors de concours nationaux et internationaux, il se mérite la bourse de carrière Fernand-Lindsay 2015 remise par la Fondation Père Lindsay et remporte, en 2012, le premier prix du Tremplin du Concours de musique du Canada. Vincent a participé, en tant que soliste et chambriste, à plusieurs enregistrements qui ont reçu d’élogieuses critiques. Il joue dans plusieurs séries et festivals d’envergure au Canada et aux États-Unis, de même qu’au Mexique, en France, en Allemagne, en Espagne et en Belgique. Il est également le directeur artistique du Festival international de musique baroque de Lamèque.

Caroline Tremblay

Flûtiste à bec native de la Côte-Nord au Québec, Caroline Tremblay se démarque par son amour contagieux de la musique, jumelé à une intensité frémissante et une technique fluide. Lauréate du premier prix dans sa catégorie au Concours de musique du Canada, Caroline a obtenu une maîtrise en interprétation à l’Université de Montréal. Très active en concert avec Flûte Alors!, Caroline a été également soliste et chambriste au sein d’orchestres tels Les Violons du Roy, l’Ensemble Caprice, I Musici de Montréal et La Bande Montréal Baroque. Elle a aussi pris part à plusieurs enregistrements sous étiquette ATMA. Directrice musicale à la Société de flûte à bec de Montréal et à la Société de flûte à bec de la Capitale (SOFABEC), elle enseigne au centre musical CAMMAC. Constamment en exploration des diverses formes du pouvoir de la musique, Caroline est en voie d’être musicothérapeute accréditée.

Luc Beauséjour

Claveciniste et organiste, Luc Beauséjour n’est jamais à court d’idées quand vient le temps de proposer des programmes de concert empreints de raffinement et d’authenticité. « La respiration naturelle de son clavecin, l’attention remarquable aux proportions et au chant en font un artiste rare. » (Le Devoir) Luc Beauséjour mène une carrière très active. Il s’est produit comme soliste en Amérique du Nord et du Sud ainsi qu’en Europe. Il a reçu huit prix Opus du Conseil québécois de la musique, qui l’a aussi consacré « Interprète de l’année » il y a plusieurs années. Il a également remporté deux trophées Félix au Gala de l’ADISQ pour deux de ses enregistrements et a mené plus de 35 projets de disques, à la fois comme soliste et directeur musical. Luc Beauséjour enseigne au Conservatoire de musique de Montréal et à l’Université de Montréal, où il a obtenu un doctorat en interprétation.

Geneviève Soly

Geneviève Soly est reconnue pour ses talents de musicienne – tant à l’orgue qu’au clavecin –, de directrice musicale (Ensemble des Idées heureuses), de musicologue, de pédagogue, de communicatrice et de gestionnaire culturelle. Elle a obtenu en 1997 le prix Opus de « Personnalité de l’année » et le titre de « Personnalité de la semaine » en 2006 (La Presse). Elle a été invitée à signer le Livre d’or de la ville de Montréal en 2010. Elle sera la première Canadienne à éditer chez Breitkopf und Härtel où paraitra, en 2018, le premier livre de clavecin de Graupner. Les sept enregistrements discographiques de la musique de clavecin de Graupner, enregistrés en solo sous étiquette Analekta, ont été primés à l’international.

Mark Edwards

Lauréat d’un premier prix au Concours international de clavecin Musica Antiqua Bruges 2012, le claveciniste et organiste canadien Mark Edwards est reconnu pour ses réalisations captivantes, entrainant « l’écoute dans des régions inédites et fantasques, utilisant toutes les ressources de son instrument, de sa virtuosité et de son imagination » (La Libre Belgique). Depuis 2016, il est professeur de clavecin au Conservatoire d’Oberlin. Il a présenté de nombreux récitals lors de festivals et séries de concerts estimés, tels que le Festival de musique ancienne d’Utrecht, Bozar (Bruxelles), le Festival Montréal Baroque et Clavecin en concert (Montréal). Également actif en musique de chambre, il est le directeur artistique de l’Ensemble Poiesis et collabore régulièrement avec Les Boréades de Montréal. Passaggi (ATMA 2013), son premier disque avec le flutiste canadien Vincent Lauzer, a été en nomination pour un prix à l’ADISQ.

VOUS AIMEREZ AUSSI