Virée Classique 17-18

27.L’INCONTOURNABLE CONCERTO POUR PIANO DE TCHAÏKOVSKI

27.L’INCONTOURNABLE CONCERTO POUR PIANO DE TCHAÏKOVSKI

PARTENAIRE DE SAISON

Maison symphonique de Montréal

Fort de son retentissant succès à Montréal en novembre dernier, le pianiste Alexei Volodin est de retour avec l’OSM et Kent Nagano. Considéré comme l’un des pianistes les plus remarquables de sa génération, Volodin mettra cette fois sa technique et son raffinement au service du Concerto no 1 de Tchaïkovski. Cette œuvre, l’une des plus appréciées du répertoire pour piano, a dû être fermement défendue par le compositeur russe, qui devant la critique aurait déclaré : « Je n’y changerai pas une note ! »

 

PRIX JEUNESSE 17 ans et moins : 10$ par concert

PRIX DES BILLETS

À partir de 22$*

SAMEDI 1 SEPTEMBRE 2018

19h40

Redirection vers la Place des Arts

Orchestre symphonique de Montréal

Orchestre symphonique de Montréal
Kent Nagano, chef d’orchestre
Alexei Volodin, piano

Fauré, Pavane, op.50 (8 min)
Tchaïkovski, Concerto pour piano no 1 (38 min)

Notes de programme:

La pavane est une danse lente et cérémonieuse de mesure binaire dont l’origine, peut-être une évocation de la roue et de la démarche du paon, remonte au XVIe siècle italien. Celle que Fauré compose en 1887 reste fidèle à la tradition, mais se coule dans le lyrisme expressif et rêveur du maître. Elle débute par une mélodie douce-amère accompagnée par des pizzicatos et garde tout du long son climat mélancolique. Ses subtiles couleurs orchestrales et son élégante harmonie allaient grandement impressionner Debussy et Ravel, incitant celui-ci à écrire sa propre Pavane pour une infante défunte.

 

Les compositions orchestrales de Tchaïkovski sont également reconnues pour leur caractère marqué au coin de la nostalgie, alors que sa musique pour piano, pourtant d’une expression tout aussi sincère, montre davantage de joie de vivre. C’est en pensant au pianiste Nikolaï Rubinstein que Tchaïkovski écrivit son Concerto pour piano nº 1; quand ce dernier prit connaissance de l’œuvre cependant, sa réaction fut dévastatrice. Dans sa correspondance, Tchaïkovski rapporte ses propos : le Concerto entier était irrécupérable, « sans valeur aucune et totalement injouable ». Mais notre compositeur ne se découragea pas et c’est Hans von Bülow, qui ne tarissait pas d’éloges à son sujet, qui le créa à Boston en 1875. Trois ans plus tard, un Rubinstein repenti le joua à Paris avec un immense succès…

 

Après une majestueuse entrée en matière dans la relative majeur du ton principal de si bémol mineur, le gigantesque Allegro non troppo initial déploie la mélodie d’un ancien chant populaire ukrainien, puis développe un deuxième thème plein de la verve enchanteresse qui n’appartient qu’à son auteur, et le mouvement propose un dialogue très dramatique et contrasté entre le soliste et l’orchestre, avant de se terminer sur une éblouissante cadence. Amenés par la flûte, les passages qui ouvrent et ferment l’Andantino semplice qui suit marient lyrisme et légèreté; au centre du mouvement, une section prestissimo construite sur une ancienne chanson française, « Il faut s’amuser et rire », dévoile le côté joyeux sinon insouciant de Tchaïkovski. L’esprit du folklore revient au début de l’Allegro con fuoco final, et le Concerto se termine sur un geste dont l’ampleur rappelle ses magnifiques premières mesures.

 

© Ariadne Lih, 2018

© Traduction de François Filiatrault, 2018

Kent Nagano

Kent Nagano jouit d’une solide réputation internationale, étant l’un des interprètes les plus inspirés et avant-gardistes des répertoires symphonique et opératique. Il est directeur musical de l’OSM depuis 2006. Maestro Nagano a été directeur musical général du Bayerische Staatsoper à Munich de 2006 à 2013, puis il est devenu chef invité principal et conseiller artistique de l’Orchestre symphonique de Göteborg en 2013. Depuis 2015, il est directeur musical général et chef principal de l’Opéra d’État et de l’Orchestre philharmonique de Hambourg. Né en Californie, il a entamé sa carrière à Boston : il a travaillé à l’Opéra et fut l’assistant du chef d’orchestre Seiji Ozawa au Boston Symphony Orchestra. Il a été directeur musical de l’Opéra national de Lyon de 1988 à 1998, directeur musical du Hallé Orchestra de 1991 à 2000, premier chef invité associé du London Symphony Orchestra de 1990 à 1998 et directeur artistique et premier chef du Deutsches Symphonie-Orchester Berlin de 2000 à 2006, dont il demeure chef d’orchestre honoraire. De 2003 à 2006, Kent Nagano fut le premier directeur musical du Los Angeles Opera. En tant que chef invité, maestro Nagano a dirigé les orchestres philharmoniques de Berlin, New York et Vienne, le Chicago Symphony, le Dresden Staatskapelle et le Leipzig Gewandhaus, de même que des maisons d’opéra prestigieuses tels l’Opéra national de Paris, l’Opéra allemand de Berlin, le Metropolitan Opera et le Semperoper Dresden. Il a notamment remporté deux Grammy : pour son enregistrement de L’amour de loin de Kaija Saariaho avec le Deutsches Symphonie-Orchester et pour Doktor Faust de Busoni, enregistré avec l’Opéra national de Lyon. Maestro Nagano a été nommé Commandeur de l’Ordre de Montréal, Grand officier de l’Ordre national du Québec et Compagnon des arts et des lettres du Québec, en plus d’avoir été décoré de la médaille du service méritoire du gouverneur général du Canada. 

Enregistrements récents avec l’OSM : A Quiet Place (Decca, 2018); Danse macabre (Decca, 2016); L’Aiglon (Decca, 2015); Saint-Saëns, Moussa, Saariaho : Symphonie et créations pour orgue et orchestre (Analekta, 2015); Intégrale des Concertos pour violon de Saint-Saëns (Analekta, 2015). 

Tournées récentes avec l’OSM : Cracovie et Salzbourg (2018); États-Unis (mars 2016); Chine et Japon (octobre 2014); Europe (mars 2014); et Amérique du Sud (avril-mai 2013).

Alexei Volodin

Encensé pour la grande sensibilité de son jeu et son éclatante technique, Alexei Volodin est un musicien très recherché par les orchestres les plus prestigieux au monde. Au cours de la saison 2018-2019, Volodin sera de retour avec l’OSM, le China NCPA Orchestra, l’orchestre de la BBC ainsi que l’Orchestre symphonique de Bournemouth. Chambriste actif, il collabore depuis longtemps avec le Quatuor Borodine, avec lequel il se produit régulièrement. Le dernier album de Volodin, avec la maison de disque Mariinsky, comprend le Concerto pour piano no 4 de Prokofiev, dirigé par Gergiev. Né en 1977 à Leningrad, Alexei Volodin a étudié à Moscou, d’abord à l’Académie Gnessine, puis au Conservatoire avec Eliso Virsaladze. En 2001, il poursuivait ses études à l’Académie internationale de piano du Lac de Côme et, après sa victoire au Concours international Géza Anda à Zurich en 2003, il obtint une reconnaissance internationale. Alexei Volodin est un artiste exclusif Steinway.

VOUS AIMEREZ AUSSI