Concerts extérieurs, Concerts gratuits

Grand concert d’ouverture : Le grandiose Requiem de Verdi

Le grandiose Requiem de Verdi

Grand concert d’ouverture
présenté sur l’Esplanade du Parc Olympique

Parc olympique

Sous la direction de Kent Nagano, un vaste effectif choral et orchestral ainsi que quatre solistes, dont Leslie Ann Bradley et Mario Bahg, ouvrent la huitième édition de la Virée classique avec le Requiem de Verdi. Grand compositeur d’opéras, Verdi confère à cette œuvre une dimension théâtrale : lyrisme profond des voix, puissance des chœurs et de l’orchestre, effets saisissants du célèbre Dies irae. Rejoignez l’OSM et plus de 400 choristes au Parc olympique et vivez un moment unique empreint d’émotion.

parc_logo-e1511295976580
Canada_logo_coul_190x120

Kent Nagano, chef d’orchestre

Leslie Ann Bradley, soprano
Ksenia Dudnikova, mezzo-soprano
Seungju Mario Bahg, ténor
Ryan Speedo Green, baryton-basse
Andrew Megill, chef de chœur
Jean-Pascal Hamelin, chef de chœur
Chœur d’environ 400 chanteurs comprenant le Chœur de l’OSM et des chœurs amateurs de l’Alliance chorale du Québec

Chœurs Chef(fe) de chœur
Chœur Ambitus Richard Charron
Choeur Bella Voce Drummondville James Copland
Choeur polyphonique de Montréal Louis Lavigueur
Grand choeur de Montréal Martin Dagenais
Chœur Maha Megan Batty
Choeur pour les enfants de Ste-Justine Sylvain Cook
Anima Musica Francis Guérard
Chœur classique de Montréal Louis Lavigueur
Choeur du Musée d’art de Joliette Jean-Pascal Hamelin
Chorale Cantabile Peter Willshe
Le Choeur de la Montagne Julien Proulx
Le Choeur de L’Art Neuf Pierre Barrette
NEV Marc-Olivier Lacroix
Un air de chance Sylvain Cooke

La soprano canadienne Leslie Ann Bradley « donne vie à la scène dès qu’elle fait son entrée »

Le Toronto Star

PRIX DES BILLETS

GRATUIT

MERCREDI 7 AOÛT 2019

20h00

CHŒURS AMATEURS RECHERCHÉS

Joignez-vous à maestro Kent Nagano, quatre solistes, ainsi qu’un vaste effectif choral et orchestral pour ouvrir la 8e édition de la Virée classique avec le Requiem de Verdi à l’Esplanade du Parc olympique. Venez vivre un moment unique empreint d’émotion!

Date limite pour l’inscription : 1er juillet 2019

NOTE DE PROGRAMME

Le Requiem de Verdi

 

« Avec lui s’éteint la plus pure, la plus sacrée et la plus haute gloire de notre patrie. » C’est ce qu’écrivit Giuseppe Verdi à la mort en 1873 du romancier, poète et dramaturge Alessandro Manzoni, dont les écrits avaient fortement marqué le Romantisme italien et, selon plusieurs, parfaitement traduit les idéaux de sa nation. Patriote déclaré, Verdi, bien que peu croyant, compose sa monumentale Messa da Requiem à l’occasion du premier anniversaire de la mort de l’écrivain. L’œuvre est créée à Milan en 1874 avec un chœur de 120 voix et quatre solistes auxquels le compositeur confie une partition très opératique : les voix racontent et supplient tour à tour, chantant seules ou avec le chœur, en duo, en trio et en quatuor.

 

Verdi ajoute au texte de la Messe des morts catholique le Libera me conclusif, morceau revu d’un projet inabouti de Requiem pour Rossini, et développe considérablement le remarquable Dies iræ. Cette section, extrêmement dramatique, s’ouvre par de retentissants martèlements de l’orchestre et tempétueux tourbillons de cordes, les paroles « Dies iræ » chuchotées revenant tout du long comme un refrain. Particulièrement impressionnantes sont les trompettes placées, dans le Tuba mirum, en dehors de l’orchestre et semblant convoquer les vivants de l’outre-tombe, tandis que le touchant Lacrymosa provient d’un duo prévu au départ pour Don Carlos. On ne sera pas étonné que le musicologue Julian Budden considère que Verdi a insufflé dans son Requiem « tous les moyens musicaux qu’il avait développés en composant vingt-six opéras ».

 

© Ariadne Lih
Traduction de François Filiatrault

POUR EN SAVOIR PLUS

Kent Nagano

TÉLÉCHARGER LE CALENDRIER