Virée classique - samedi - Salle Claude-Léveillé

11.Le trio de lauréats

Le trio de lauréats

Salle Claude-Léveillée

Trois jeunes musiciens dotés d’un incontestable talent et d’une grande sensibilité, tous lauréats du prestigieux Concours OSM, se réunissent pour un concert exceptionnel. Ils interprètent le Trio no 2, op. 87 de Brahms. La richesse et la profondeur des thèmes, la forme variation et les emprunts au style tzigane hongrois font de cette œuvre l’une des plus stylistiquement représentatives du compositeur.

Lauréats du Concours OSM
Timothy Chooi, violon (2010)
Bruno Tobon, violoncelle (2016)
Carter Johnson, piano (2018)

Dvořák, Romance pour piano et violon en fa mineur, op. 11, B. 38

Brahms, Trio avec piano no 2 en do majeur, op. 87

« Clairement un violoniste de talent, Chooi a une technique solide et une façon de jouer avec aisance, sans efforts » – Calgary Herald

PRIX DES BILLETS

10$*

pastille_17_fr

SAMEDI 10 AOÛT 2019

11h45

NOTE DE PROGRAMME

La composition de ses trois Trios avec piano couvre toute la carrière créatrice de Johannes Brahms. Le premier date de 1853 et le deuxième, trente ans plus tard, témoigne de la pleine maturité de son style. Passé maître en musique de chambre, Brahms ménage dans ce genre spécifique, entre autres éléments tout à fait caractéristiques de son style, d’opulentes textures comme d’inventifs dialogues. L’art de la variation imprègne son Trio avec piano nº 2 en do majeur – le compositeur disait à la blague que les variations du deuxième mouvement devraient lui valoir un petit extra, puisqu’elles comblaient les attentes du public! – et le jeu en octaves parallèles du violon et du violoncelle, clin d’œil à la musique populaire typique du maître, revient au début de chacun des quatre mouvements.

L’Allegro initial s’élabore autour d’une pléthore d’idées musicales, avec un accent particulier sur l’énergique motif triadique qui l’amorce et ses diverses transformations, avant que les trois instruments ne le jouent à l’octave en guise de conclusion. Le thème passionné, en la mineur, de l’Andante con moto relève du goût de Brahms pour la musique tzigane, tandis que ses variations vont de la profonde mélancolie des protagonistes à la fougue de puissants accords communs. Traversé par un sentiment d’urgence, l’ombrageux Scherzo dégage une atmosphère de conte de fée, et son ample Trio, un lyrisme résolument romantique. L’Allegro giocoso final se déploie lui aussi en variant le thème principal, avant que l’œuvre ne se conclue sur une longue et vigoureuse coda.

 

© Ariadne Lih
Traduction de François Filiatrault

POUR EN SAVOIR PLUS

Carter Johnson

TIMOTHY CHOOI

TÉLÉCHARGER LA BROCHURE