JOHN ESTACIO

JOHN ESTACIO

PARTENAIRE DE SAISON

Né le

8 avril 1966

Œuvre au programme

Concerto pour trompette

Concerts

4 et 5 octobre 2017

John Estacio compte parmi les compositeurs canadiens recevant le plus de commandes d’œuvres et dont les œuvres sont jouées le plus fréquemment. Ces vingt-cinq dernières années, il a travaillé comme compositeur en résidence à l’Orchestre symphonique d’Edmonton (de 1992 à 1999), à l’Orchestre philharmonique de Calgary (de 2000 à 2003), au Centre d’arts de Banff et à l’Opéra de Calgary (tous deux de 2000 à 2004). Parmi ses nombreuses œuvres orchestrales acclamées, Frenergy est devenue l’une de ses compositions les plus souvent interprétées. Estacio a écrit pour les prestigieux orchestres de Montréal, Ottawa, Toronto, Vancouver et Victoria, ainsi que pour l’Orchestre de chambre du Manitoba et le quatuor à cordes Penderecki, parmi bien d’autres. Estacio a été nominé dans la catégorie « Composition classique de l’année » aux Prix Juno de 2015.

La première interprétation du Concerto pour trompette a été donnée par l’Orchestre symphonique de Kitchener-Waterloo sous la baguette de Michael Christie le 24 mars dernier. Jusqu’à la fin de l’année prochaine, l’œuvre figure au programme d’une vingtaine d’orchestres. D’une durée de vingt-deux minutes, elle se déploie en trois mouvements. Le titre du premier renvoie à une figure de la mythologie grecque, Triton, le fils de Poséidon, qui jouait de sa conque comme d’une trompette pour déchaîner ou calmer les flots. Au cours du mouvement, on peut entendre la trompette de Triton affronter l’océan incarné par l’orchestre, au sein d’atmosphères musicales allant de la mer d’huile à la houle jusqu’à la tempête furieuse. Le mouvement central met en œuvre une ample écriture lyrique pour l’instrument soliste, tandis que le Finale s’affirme comme une course folle à travers un kaléidoscope changeant tout en énergie, couleur et éclat.